+(241)06382994
Appelez-nous
Adresse
204, rue François Xavier POUNEDIAN

Signature de la convention entre l’ONE et Ogooué Labs pour l’insertion des jeunes

De gauche à droite, Hans Landry IVALA, DG ONE, et Sylvère BOUSSAMBA, à droite, fondateur de l’école 241

L’école 241 monte encore en notoriété suite à la signature de la convention qui a eu lieu entre l’Ogooué Labs, fondatrice de l’école 241, et l’Office national de l’emploi. Cette signature de convention a eu lieu au siège d’Ogooué Labs sis à l’Ancienne Sobraga.

Il s’agissait d’introduire les apprenants de l’école dans les programmes du Caj (Contrat d’apprentissage jeunesse) et du SEJ  (Stage emploi jeunesse) de l’ONE.

Par cette occasion, Sylvère Boussamba, fondateur de l’école 241, a exprimé sa joie ainsi que sa reconnaissance au nom d’Ogooué Labs et de tous les apprenants de l’école 241.

Par ailleurs, il a ajouté que » Le partenariat fort de Ambassade de France et l’Organisation internationale de la Francophonie se renforce aujourd’hui avec l’ONE. Cela permet l’accompagnement des jeunes experts du numérique dans le tissu économique. Nous confions nos apprenants à l’ONE pour l’insertion dans le monde de l’emploi. » A-t-il dit.

Pour le Directeur général de l’ONE, monsieur Hans Landry Ivala « Nous sommes heureux de signer ce contrat de deux années dans un premier temps avec cette école pour une garantie de stage emploi. Il pourra être revu au terme des deux années en fonction de ce qui sera fait« .

Il a félicité cette école financée par l’Ambassade de France et l’Organisation internationale de la Francophonie qui donnent plus de crédibilité à la qualité de formation. « La méthode Simplon qui a fait ses preuves en France est appliquée donnant ainsi aux jeunes des standards internationaux en matière de compétences sur le numérique  » a déclaré monsieur Ivala.

Une dernière rencontre est prévue avec l’Ambassade de France à l’Institut français de Libreville sous peu pour matérialiser toutes ces promesses. Il est fort probable que l’autre partenaire l’OIF sera de la partie.

 

Par Roland RV OLOUBA OYABI